Configurer un projet

Après avoir créé un projet, vous pouvez le configurer dans le ArcGIS QuickCapture à l’aide de l’interface graphique ou d’un éditeur JSON. Vous pouvez configurer les éléments suivants :

  • Paramètres du projet
  • Groupes
  • Boutons

Les composants suivants peuvent être mis à jour dans l’interface graphique du projet :

  • Général : définissez la précision d’emplacement requise ou recommandée, le seuil de distance, les préférences d’affichage, les préférences de modification d’emplacement et la qualité des photos capturées
  • Layers (Couches) : gérer les couches utilisées par le projet. Lorsqu’une couche est définie par défaut, les boutons que vous ajoutez ensuite au projet utilisent les champs de cette couche. Pour toutes les couches utilisées dans le projet, vous pouvez également définir les valeurs et variables par défaut de tous les champs dans chaque couche.
  • Map (Carte) : sélectionner la carte que votre projet utilisera. Par défaut, le fond de carte par défaut de l’organisation sera utilisé. Vous pouvez également choisir un fond de carte en ligne, une carte Web, un paquetage de cartes mobiles, un paquetage de tuiles ou un paquetage de tuiles vectorielles différent. Vous pouvez choisir d’afficher la carte côte à côte avec les boutons lorsque le projet est consulté sur une tablette en orientation Paysage. Seules les cartes avec la référence spatiale Web Mercator sont prises en charge.
  • Project Details (Détails du projet) : mettre à jour la miniature (utiliser des images au format Paysage, avec des proportions de 3:2), le titre, l’adresse e-mail de récupération des données, le résumé, la description et les conditions d’utilisation du projet. Vous pouvez utiliser des hyperliens dans la description du projet.
  • Exclusivity groups (Groupes d’exclusivité) : empêcher plusieurs boutons ligne, polygone ou points en continu de capturer des données en même temps en les plaçant dans un groupe. Un seul bouton à la fois peut être actif par groupe.
  • Project user input (Entrée utilisateur de projet) : créer des entrées utilisateur de projet. Ces entrées permettent aux utilisateurs de définir les valeurs qui seront capturées avec les enregistrements capturés. Il peut par exemple s’agir du centre de coût de l’utilisateur.
  • Webhooks : configurez les webhooks utilisés dans le projet et spécifiez le nom, la couche d’entités cible, l’URL de webhook et les informations à inclure dans la charge utile. Vous pouvez ajouter plusieurs webhooks dans un projet et définir le statut sur activé ou désactivé pour chacun d’entre eux.

Les composants suivants peuvent être mis à jour dans l’interface graphique des groupes :

  • Label (Étiquette) : étiquette affichée dans le projet pour le groupe.
  • Number of columns (Nombre de colonnes) : nombre de colonnes dans le groupe.
  • Make group collapsable (Rendre le groupe réductible) : préférence d’affichage du groupe. Si le groupe peut être réduit, l’état par défaut est développé.
  • Colors (Couleurs) : couleur de contour du groupe en tant que valeur hexadécimale HTML.

Vous pouvez créer des groupes en faisant glisser l’icône de groupe vers l’aperçu du projet.

Vous pouvez utiliser des boutons pour capturer des données ou lancer une URL. Les composants suivants peuvent être mis à jour dans l’interface graphique des boutons :

  • Apparence : configurez l’apparence des boutons dans le projet.
    • Étiquette : étiquette de bouton et taille de texte petite (valeur par défaut), moyenne et grande.
    • Size (Taille) : taille des boutons. Utilisez le curseur pour définir la taille.
    • Shape (Forme) : les boutons peuvent être de forme rectangulaire ou rectangulaire avec angles arrondis.
    • Colors (Couleurs) : couleurs de l’arrière-plan et de contour des boutons en tant que valeurs hexadécimales HTML.
    • Image : image des boutons. Tenez compte de la taille du bouton lorsque vous choisissez une image. La taille des images de bouton est limitée à 1 Mo.
  • Data (Données) : type de données à collecter pour chaque champ lorsque l’utilisateur appuie sur le bouton.
    • Couche d’entités cible : couche d’entités vers laquelle les données capturées du bouton sont envoyées.
    • Capture mode (points only) (Mode de capture (points uniquement)) : capturez un seul point ou des points en continu.
    • Take photo (Prendre une photo) : désactivé, facultatif ou obligatoire. Masquez l’aperçu de la caméra. Utilisez la localisation des photos pour l’enregistrement capturé.
    • Capture fields (Capturer des champs) : il peut s’agir de valeurs fixes, de variables de l’appareil (par exemple la vitesse ou la précision) ou de variables d’entrée utilisateur par bouton qui permettent aux utilisateurs d’entrer ou de sélectionner une valeur dans une liste après avoir appuyé sur le bouton.
  • Link (Lien) : URL dédiée à lancer lorsque le bouton est activé.
    • URL de lancement : URL configurée manuellement. Il peut s’agir d’une URL de site Web commençant par HTTPS ou d’un lien d’application qui lance une autre application.
    • Lancer l’application de terrain Survey123 : créez le lien de lancement de l’application de terrain ArcGIS Survey123. Sélectionnez une enquête et prédéfinissez la valeur d’entrée des questions d’enquête prises en charge avec des valeurs fixes, des variables d’appareil ou une variable d’entrée utilisateur de projet. Le cas échéant, choisissez de retourner à QuickCapture une fois l’enquête envoyée.

Vous pouvez créer des boutons capturant des données en faisant glisser l’icône de bouton vers l’aperçu du projet. Le nouveau bouton possède les champs de la couche par défaut. Si une couche par défaut n’a pas été définie pour le projet, l’auteur doit ajouter la source de données du bouton en la sélectionnant dans l’onglet Data (Données) du volet latéral du bouton.

Remarque :

Seuls les champs modifiables sont présentés dans l'onglet Données. Les champs non modifiables ne peuvent pas être configurés dans le générateur.

Pour ajouter des boutons destinés à lancer une URL, faites glisser l’icône de lien dans l’aperçu du projet. Dans l’onglet Link (Lien), sélectionnez URL pour définir manuellement l’URL ou Survey123 field app (Application de terrain Survey123) pour sélectionner une enquête de destination.

Vous pouvez dupliquer ou supprimer un bouton existant. Sélectionnez le bouton dans l’aperçu du projet et choisissez Duplicate (Dupliquer) ou Delete (Supprimer) dans l’onglet Appearance (Apparence) du volet latéral du bouton.

Faire glisser, dupliquer ou supprimer des boutons.

Vous pouvez modifier ces propriétés et davantage en changeant le code JSON du projet. Vous pouvez copier et coller le code entre le QuickCapture et votre éditeur JSON préféré ou le modifier directement dans le concepteur. La vérification de la syntaxe étant limitée dans le concepteur, soyez prudent lorsque vous effectuez des mises à jour. Vérifier les extraits de code dans un validateur JSON en ligne peut se révéler utile.

Lorsque vous mettez à jour des propriétés de type décimal dans le code JSON du projet, vous devez toujours utiliser un point (.) comme séparateur décimal. Les autres séparateurs décimaux ne fonctionnent pas.

Les sections suivantes offrent plus de détails sur certaines des personnalisations les plus courantes apportées aux projets.

Points en continu

L’auteur d’un projet peut configurer un bouton point pour qu’il fonctionne en mode de capture en continu, comme les boutons ligne et polygone. La capture de points en continu est utile pour enregistrer des métadonnées GNSS et d’autres données (par exemple, la vitesse) pour chaque sommet le long d’une trajectoire. Chaque sommet du chemin est représenté par un point et peut être envoyé en continu automatiquement à ArcGIS.

Si une entrée utilisateur par bouton est appliquée à un bouton point, le mode continu ne peut pas être activé sur ce bouton. Si le mode continu est déjà sélectionné pour un bouton point, il n’est pas possible de lui appliquer une entrée utilisateur par bouton.

La capture de points en continu n’est pas conçue pour suivre activement la position des opérateurs de terrain. Pour en savoir plus sur les types de capture de points, reportez-vous à ArcGIS Tracker.

Valeurs fixes

Vous pouvez appliquer des valeurs fixes à des champs lorsque vous appuyez sur un bouton. Ce texte fixe est défini par l’auteur et contraint par le type et la longueur de champ. Par exemple, un champ d’entier ne peut pas accepter une valeur décimale ou textuelle.

Variables de l’appareil

Les variables d’appareil sont utilisées pour renseigner automatiquement les champs QuickCapture avec des attributs SIG courants. Certaines variables ne s’appliquent pas à tous les types de champ. Par exemple, la variable d’horodatage s’applique uniquement aux champs de date.

Certaines variables sont automatiquement attribuées à des champs de bouton portant un nom spécifique. Vous pouvez choisir de créer manuellement ces champs nommés dans votre couche d’entités ou, le cas échéant, de sélectionner Capture GPS receiver information (Capturer les informations du récepteur GPS) lors de la création d’une couche d’entités dans ArcGIS Online ou de la création d’une couche d’entités dans ArcGIS Enterprise.

Le tableau suivant répertorie les variables que vous pouvez utiliser avec les couches linéaires et surfaciques.

VariableDescriptionType de champ compatibleNom du champ auquel la variable est attribuée automatiquement.
username

Nom de l’utilisateur actuellement connecté.

Texte

-

appVersion

Version de l’application mobile QuickCapture.

Chaîne

-

operatingSystem

Version de la plateforme et du système d’exploitation.

Chaîne

-

positionSourceType

Catégorie de la source de position. Les résultats possibles sont Unknown (Inconnu) (0), User (Utilisateur) (1), System Location (Emplacement système) (2), External Device (Appareil externe) (3) et Network Device (Appareil réseau) (4).

Entier

-

startTime

Date et heure de l’activation du bouton.

Date

-

endTime

Date et heure de la désactivation du bouton.

Date

-

lengthM

Longueur géodésique en mètres.

Double

-

lengthKM

Longueur géodésique en kilomètres.

Double

-

lengthMI

Longueur géodésique en miles.

Double

-

areaM2

Surface en mètres carrés, pour les couches surfaciques uniquement.

Double

-

areaKM2

Surface en kilomètres carrés, pour les couches surfaciques uniquement.

Double

-

areaMI2

Surface en miles carrés, pour les couches surfaciques uniquement.

Double

-

Les tableaux suivants répertorient les variables que vous pouvez utiliser avec les couches de points.

Appareil

VariableDescriptionType de champ compatibleNom du champ auquel la variable est attribuée automatiquement.
username

Nom de l’utilisateur actuellement connecté.

Texte

-

appVersion

Version de QuickCapture.

Chaîne

-

operatingSystem

Version de la plateforme et du système d’exploitation.

Chaîne

-

magneticDeclination

Angle entre le nord magnétique et le nord géographique en degrés décimaux.

Double

-

azimuth

Relèvement au compas de l’appareil lorsque l’enregistrement est capturé, le nord géographique ayant la valeur 0, l’est la valeur 90, le sud la valeur 180 et l’ouest la valeur 270.

Double

esrisnsr_azimuth
pitch

Tangage de l’appareil lorsque l’enregistrement a été capturé, où 0 représente l’appareil face vers le haut et 90 représente l’appareil incliné vers la droite, perpendiculaire au sol.

Double

-

roll

Roulis de l’appareil lorsque l’enregistrement a été capturé, où 0 représente l’appareil face vers le haut, 90 représente l’appareil ayant roulé vers la droite, -90 représente l’appareil ayant roulé vers la gauche et 180 représente l’appareil face au sol.

Double

-

Remarque :

Lorsqu’un point est modifié manuellement, les variables magneticDeclination, azimuth, pitch et roll sont effacées.

Emplacement

VariableDescriptionType de champ compatibleNom du champ auquel la variable est attribuée automatiquement.
positionSourceType

Catégorie de la source de position. Les résultats possibles sont Unknown (Inconnu) (0), User (Utilisateur) (1), System Location (Emplacement système) (2), External Device (Appareil externe) (3) et Network Device (Appareil réseau) (4).

Entier

esrignss_positionsourcetype
sensorName

Nom du capteur de position. La même variable est utilisée pour la source de position interne ou l’appareil externe. Ce nom remplace pluginName utilisé dans les versions plus anciennes.

Texte

esrignss_receiver
captureTime

Heure de capture en temps universel coordonné (UTC).

Date

esrignss_fixdatetime
latitude

Latitude en degrés décimaux.

Double

esrignss_latitude
longitude

Longitude en degrés décimaux.

Double

esrignss_longitude
altitude

Altitude au-dessus du niveau de la mer ou ellipsoïde en mètres.

Double

esrignss_altitude
horizontalAccuracy

Précision horizontale des coordonnées x,y en mètres.

Double

esrignss_h_rms
verticalAccuracy

Précision verticale de la coordonnée z en mètres.

Double

esrignss_v_rms
DMS

Localisation en tant que chaîne de valeurs séparées par un espace, en degrés minutes et secondes.

Texte

-

DDM

Localisation en tant que chaîne de valeurs séparées par un espace, en degrés et minutes décimales.

Texte

-

USNG

Emplacement dans U.S. National Grid.

Texte

-

MGRS

Localisation dans le système de référence de carroyage militaire.

Texte

-

Remarque :

Lorsqu’un point est modifié manuellement, les variables sensorName, altitude, horizontalAccuracy et verticalAccuracy sont effacées.

Trajet

VariableDescriptionType de champ compatibleNom du champ auquel la variable est attribuée automatiquement.
speedMS

Vitesse au sol en mètres par seconde.

Double

-

speedKPH

Vitesse au sol en kilomètres à l’heure.

Double

esrignss_speed
speedMPH

Vitesse au sol en miles à l’heure.

Double

-

speedKTS

Vitesse au sol en nœuds.

Double

-

verticalSpeedMS

Vitesse verticale en mètres par seconde.

Double

-

verticalSpeedMPH

Vitesse verticale en miles à l’heure.

Double

-

verticalSpeedKPH

Vitesse verticale en kilomètres à l’heure.

Double

-

verticalSpeedKTS

Vitesse verticale en nœuds.

Double

-

direction

Sens de déplacement mesuré dans le sens horaire à partir du nord en degrés décimaux.

Double

-

directionCardinal4

Sens de déplacement généralisé selon l’une des quatre directions cardinales. Les résultats potentiels sont N, E, S et O.

Texte

-

directionCardinal8

Sens de déplacement généralisé selon l’une des huit directions cardinales. Les résultats potentiels sont N, NE, E, SE, S, SO, O et NO.

Texte

-

Remarque :

Lorsqu’un point est modifié manuellement, les variables speedMS, speedKPH, speedMPH, speedKTS, verticalSpeedMS, verticalSpeedMPH, verticalSpeedKPH, verticalSpeedKTS, direction, directionCardinal4 et directionCardinal8 sont effacées.

Photo

VariableDescriptionType de champ compatibleNom du champ auquel la variable est attribuée automatiquement.
camHeading

Relèvement au compas de la caméra arrière de l’appareil lorsque la photo a été capturée, le nord géographique ayant la valeur 0, l’est la valeur 90, le sud la valeur 180 et l’ouest la valeur 270. Également enregistré dans la balise EXIF GPSImgDirection de la photo. Sachez que camHeading n’est pas fiable lorsque les images sont capturées avec des valeurs camRoll supérieures à ±10 degrés.

Double

-

camPitch

Tangage de la caméra arrière de l’appareil lorsque la photo a été capturée, 0 représentant la caméra orientée vers le sol et 90 l’appareil orienté vers l’avant perpendiculairement au sol.

Double

-

camRoll

Roulis de la caméra arrière de l’appareil lorsque la photo a été capturée, où 0 ne représente aucun roulis, 90 représente l’appareil ayant roulé vers la droite et -90 représente la caméra ayant roulé vers la gauche. Avec un roulis au-delà de ±45 degrés, l’orientation de l’appareil passe de portrait à paysage et les angles camHeading, camPitch et camRoll sont ajustés en conséquence.

Double

-

hfov

Champ de vision horizontal de l’objectif de la caméra mesuré en degrés. Calculé à partir de la balise EXIF FocalLength35mmFilm de la photo. Renvoie la valeur nulle si la balise EXIF est manquante.

Double

-

vfov

Champ de vision vertical de l’objectif de la caméra mesuré en degrés. Calculé à partir de la balise EXIF FocalLength35mmFilm de la photo. Renvoie la valeur nulle si la balise EXIF est manquante.

Double

-

photoLatitude

Latitude lorsque la photo a été capturée, en degrés décimaux. Également enregistré dans la balise EXIF GPSLatitude de la photo.

Double

-

photoLongitude

Longitude lorsque la photo a été capturée, en degrés décimaux. Également enregistré dans la balise EXIF GPSLongitude de la photo.

Double

-

GNSS externe

VariableDescriptionType de champ compatibleNom du champ auquel la variable est attribuée automatiquement.
fixType

Type de résolution de position pour la coordonnée. Les résultats possibles sont : NoFix (Aucune résolution) (0), GPS (1), DifferentialGPS (GPS différentiel) (2), PrecisePositioningService (Service de positionnement précis) (3), RTKFixed (RTK fixe) (4), RTKFloat (RTK flottant) (5), Estimated (Estimé) (6), Manual (Manuel) (7), Simulator (Simulateur) (8) et SBAS (9).

Entier

esrignss_fixtype
deviceAddress

Adresse de l’appareil.

Texte

-

sensorName

Nom de l’appareil. La même variable est utilisée pour la source de position interne ou l’appareil externe. Ce nom remplace deviceName utilisé dans les versions plus anciennes.

Texte

esrignss_receiver
deviceType

Type d’appareil externe. Les résultats possibles sont Unknown (Inconnu) (-1), Bluetooth (0), Serial Port (Port série) (1) et Bluetooth LE (2).

Entier

-

networkName

Nom de la source de position réseau. Disponible uniquement pour les fournisseurs de position réseau.

Texte

-

networkAddress

Adresse de la source de position réseau. Disponible uniquement pour les fournisseurs de position réseau.

Texte

-

networkPort

Port de la source de position réseau. Disponible uniquement pour les fournisseurs de position réseau.

Entier

-

geoidSeparationCustom

Écart entre l’ellipsoïde terrestre WGS-84 et le niveau moyen de la mer, tel que l’indique l’utilisateur dans les paramètres de l’application. Disponible pour tous les types de fournisseur de position.

Double

-

antennaHeight

La distance entre l’antenne et la surface au sol est soustraite des valeurs d’altitude en mètres.

Double

-

altitudeType

Type d’altitude sélectionné. Les résultats possibles sont l’altitude au-dessus du niveau moyen de la mer (Altitude above mean sea level) (0) et la hauteur au-dessus de l’ellipsoïde (height above ellipsoid) (1).

Entier

-

geoidSeparation

Écart entre l’ellipsoïde terrestre WGS-84 et le niveau moyen de la mer, tel que communiqué par le récepteur GNSS en mètres. Cette variable est également parfois désignée sous le nom de hauteur orthométrique.

Double

-

accuracyType

Type de précision signalé par les propriétés horizontalAccuracy et verticalAccuracy. Les résultats possibles sont RMS (0) et DOP (1). L’option RMS (Root Mean Square) correspond à une mesure de précision par l’erreur quadratique moyenne (EQM). Son calcul repose sur un intervalle de confiance de 68 pour cent pour les erreurs de latitude, de longitude et d’altitude indiquées dans le message GST provenant du récepteur. Si le récepteur ne prend pas en charge GST, la DOP est utilisée à la place. L’option DOP (Dilution of Precision) correspond à une mesure de précision reposant sur la diminution de la précision. Elle utilise l’UERE, une valeur constante d’estimation de l’erreur sur la mesure de distance récepteur-satellite, pour estimer les précisions horizontale et verticale.

Entier

-

confidenceLevelType

Niveau de confiance de la précision. Les résultats possibles sont : 68 % (0) et 95 % (1).

Entier

-

positionAccuracy

Erreur sphérique radiale moyenne en mètres. Elle englobe l’erreur horizontale et l’erreur verticale.

Double

-

latitudeError

Valeur de l’erreur de position (1-sigma) en latitude, en mètres. Cette propriété est renseignée uniquement si l’appareil de positionnement prend en charge les messages GST dans les flux NMEA.

Double

-

longitudeError

Valeur de l’erreur de position (1-sigma) en longitude, en mètres. Cette propriété est renseignée uniquement si l’appareil de positionnement prend en charge les messages GST dans les flux NMEA.

Double

-

altitudeError

Valeur de l’erreur de position (1-sigma) en altitude, en mètres. Cette propriété est renseignée uniquement si l’appareil de positionnement prend en charge les messages GST dans les flux NMEA.

Double

-

hdop

Diminution de la précision horizontale (HDOP pour Horizontal Dilution of Precision) des données de position.

Double

esrignss_hdop
vdop

Diminution de la précision verticale (VDOP pour Vertical Dilution of Precision) des données de position.

Double

esrignss_vdop
pdop

Diminution de la précision du positionnement (PDOP pour Positional Dilution of Precision) des données de position. L’équation qui permet de déterminer la valeur PDOP est PDOP^2 = HDOP^2 + VDOP^2.

Double

esrignss_pdop
differentialAge

Ancienneté du signal différentiel et de la correction différentielle utilisés par le récepteur GPS pour corriger la position de manière différentielle, en secondes.

Double

esrignss_correctionage
referenceStationId

ID de station de la référence différentielle (DSID) de la station utilisée par le récepteur GPS.

Entier

esrignss_stationid
satellitesVisible

Nombre de satellites de positionnement visibles au moment de la capture de la position.

Entier

-

satellitesInUse

Nombre de satellites de positionnement utilisés pour renvoyer les données de position.

Entier

esrignss_numsats
Remarque :

Lorsqu’un point est mis à jour manuellement, toutes les variables GNSS externes sont effacées.

Groupes d’exclusivité

Un groupe d’exclusivité permet de garantir qu’un seul bouton à la fois est actif par groupe. Vous pouvez capturer une série de lignes représentant l’état évolutif d’un sentier. À mesure que vous parcourez le sentier, son état peut être excellent, bon ou mauvais. Appuyez sur le bouton excellent pour commencer à capturer une ligne représentant une section excellente de la voie piétonnière. Lorsque la condition change, appuyez immédiatement sur le bouton médiocre. La capture de la ligne excellente s’arrête et celle de la ligne médiocre commence.

Les groupes d’exclusivité s’appliquent généralement aux boutons polyligne et polygone, mais vous pouvez également ajouter des boutons point sur lesquels le mode continu est activé. Vous pouvez inclure des boutons issus de différents groupes de modèles dans un groupe d’exclusivité unique et appliquer plusieurs groupes d’exclusivité à un projet.

Variable d’entrée utilisateur de projet

La variable d’entrée utilisateur de projet est spécifiée par l’utilisateur de l’application, et vous pouvez l’appliquer à un ou plusieurs boutons dans un projet. Même si l’utilisateur de l’application saisit la valeur, l’auteur du projet doit définir les boutons et les champs auxquels la variable s’applique.

Une variable d’entrée utilisateur de projet est différente d’une variable d’entrée utilisateur par bouton sur les points suivants :

  • Une seule variable d’entrée utilisateur de projet est définie par projet.
  • Sa valeur est entrée par l’utilisateur avant d’appuyer sur un bouton. Si l’entrée utilisateur est définie comme il se doit, l’utilisateur est invité à saisir cette valeur lorsqu’il démarre le projet, mais il peut mettre à jour la valeur à tout moment.
  • Vous pouvez appliquer la valeur à n’importe quel champ de texte d’un bouton.
  • Elle est définie par l’auteur du projet dans Settings (Paramètres) > Project user input (Entrée utilisateur de projet).
  • Vous ne pouvez pas l’appliquer à un champ de texte configuré avec un domaine de plage ou un domaine valeurs précodées.

Les propriétés de la variable d’entrée utilisateur de projet sont les suivantes :

  • Label (Étiquette) : texte qui apparaît en tant que titre de la page d’entrée utilisateur de projet dans l’application.
  • Input type (Type en entrée) : il peut s’agit d’un texte sur une seule ligne, d’un texte sur plusieurs lignes ou d’une liste de choix. Vous pouvez ajouter, supprimer ou réorganiser les choix. Le cas échéant, vous pouvez autoriser les entrées à texte libre comportant une liste de choix.
  • Apply hint (Appliquer astuce) : afficher un texte d’astuce dans la boîte de dialogue d’entrée utilisateur de projet dans l’application.
  • Apply an input mask (Appliquer un masque de saisie) : définir le format de la saisie de données en utilisant des caractères et symboles pour définir un masque de saisie.
  • Obligatoire : indique si l’utilisateur de l’application mobile doit fournir la valeur d’entrée utilisateur pour pouvoir appuyer sur un bouton. Si cette valeur n’est pas obligatoire, l’utilisateur peut s’il le souhaite entrer une valeur d’entrée utilisateur en sélectionnant le bouton de modification (situé en regard de la valeur d’entrée utilisateur figurant en haut de l’écran) et en tapant une valeur.
    Remarque :

    Lorsque vous appliquez une valeur d’entrée utilisateur à une couche d’entités avec des champs requis, vérifiez que cette propriété Requis est définie sur True (Vrai) pour éviter les erreurs d’envoi.

Pour attribuer une variable d’entrée utilisateur de projet à un champ de capture d’un bouton, sur l’onglet Data (Données), dans le menu déroulant du champ de capture, sélectionnez Project user input (Entrée utilisateur de projet). Vous ne pouvez appliquer des variables d’entrée utilisateur de projet qu’à des champs de texte sans domaines.

Choisir une entrée utilisateur de projet pour un champ de texte.

Dans l’application mobile, l’utilisateur ne peut pas entrer de texte dépassant la longueur du champ de données.

Variable d’entrée utilisateur par bouton

La valeur d’une variable d’entrée utilisateur par bouton est renseignée par l’utilisateur de l’application après avoir appuyé sur un bouton dans un projet. Même si l’utilisateur de l’application saisit la valeur, l’auteur du projet doit définir les boutons et les champs auxquels les variables de bouton s’appliquent.

Une variable d’entrée utilisateur par bouton est différente d’une variable d’entrée utilisateur de projet sur les points suivants :

  • Un projet peut comporter plusieurs variables d’entrée utilisateur par bouton.
  • Les valeurs sont entrées par l’utilisateur après avoir appuyé sur un bouton.
  • Une variable ne peut s’appliquer qu’à un seul champ au sein d’un seul bouton.
  • La variable est configurée par l’auteur du projet sur l’onglet Data (Données) tab for each button.

Les propriétés de la variable d’entrée utilisateur par bouton sont les suivantes :

  • Label (Étiquette) : texte qui apparaît en tant que titre de la boîte de dialogue d’entrée utilisateur de projet dans l’application.
  • Text field type (Type de champ Texte) : il peut s’agir d’un texte sur une seule ligne ou multiligne.
  • Appliquer astuce : affiche le texte d’astuce dans la boîte de dialogue d’entrée utilisateur de projet. Cette option ne s’applique pas lorsqu’elle est configurée avec un domaine de plage ou de valeurs précodées.
  • Appliquer un masque de saisie : définit le format de l’entrée de données à l’aide de caractères et de symboles pour définir un masque de saisie.
  • Obligatoire : indique si l’utilisateur de l’application mobile doit fournir la valeur d’entrée utilisateur une fois qu’un bouton est activé.
    Remarque :

    Lorsque vous appliquez une entrée utilisateur à une couche d’entités avec des champs requis, vérifiez que cette propriété Requis est définie sur True (Vrai) pour éviter les erreurs d’envoi.

Selon le type de champ, différents paramètres de variable d’entrée utilisateur sont disponibles :

  • String (Chaîne) : étiquette d’entrée utilisateur, affichage sur une seule ou plusieurs lignes, astuces, masque de saisie, requis.
  • Integer (Entier) : étiquette d’entrée utilisateur, requis.
  • Double : étiquette d’entrée utilisateur, requis.

Pour attribuer une variable d’entrée utilisateur par bouton à un champ de capture d’un bouton, sur l’onglet Data (Données), dans le menu déroulant du champ de capture, sélectionnez Button user input (Entrée utilisateur par bouton) et Create new (Créer).

Choisir une entrée utilisateur par bouton ou en créer une nouvelle

Si vous créez une entrée utilisateur par bouton pour un champ comportant un domaine (de valeur codée ou de plage), les choix sont présentés à l’utilisateur sous la forme d’une liste de choix. Il n’est pas possible de saisir du texte libre lorsqu’un domaine de valeurs précodées est présent. Lorsqu’un domaine de plage est présent, l’entrée des données est limitée par la plage.

Masque de saisie

Un masque de saisie définit le format de l’entrée de données à l’aide de caractères et de symboles dans le cadre d’une variable d’entrée utilisateur de projet ou par bouton. Lorsqu’un masque de saisie est appliqué à une variable d’entrée utilisateur, les valeurs saisies par l’utilisateur doivent respecter le modèle défini par le masque de saisie.

Pour appliquer un masque de saisie à votre variable d’entrée utilisateur, définissez le masque dans la propriété userInputs.domain.inputMask.

Le tableau suivant répertorie les caractères et les symboles que vous pouvez utiliser dans un masque de saisie :

CaractèreSignification

Un

Caractère alphabétique ASCII obligatoire. Caractères de A à Z et de a à z.

a

Caractère alphabétique ASCII autorisé, mais non obligatoire.

N

Caractère alphanumérique ASCII obligatoire. Caractères de A à Z, de a à z et de 0 à 9.

9

Chiffre ASCII obligatoire. Chiffres de 0 à 9.

D

Chiffre ASCII obligatoire. Les chiffres peuvent être de 1 à 9.

H

Caractère hexadécimal obligatoire. Caractères de A à F, de a à f et de 0 à 9.

B

Caractère binaire obligatoire. Caractères de 0 à 1.

>

Tous les caractères alphabétiques qui suivent sont en majuscules.

<

Tous les caractères alphabétiques qui suivent sont en minuscules.

!

Désactiver la conversion de la casse.

\

Échappe les caractères spéciaux répertoriés ci-dessus pour les utiliser en tant que séparateurs.

Le masque est composé d’une chaîne de caractères et de séparateurs qui peut être suivie d’un point-virgule et du caractère utilisé pour les espaces vides. Les caractères vides sont toujours supprimés du texte après édition. Le tableau suivant présente des exemples de masques :

Exemple de masqueDescription

>A<xxxxxxxxxxxx

Texte qui commence par une lettre majuscule suivie de caractères en minuscules.

AAA-AAA-AAA;_

Identifiant unique qui utilise des tirets comme séparateurs et un trait de soulignement pour représenter chaque caractère à renseigner.

B9.99;-

Représente une valeur pH. Le nombre doit obligatoirement commencer par 0 ou 1 et ne peut inclure que deux décimales. Un tiret représente chaque caractère à renseigner.

999-99-9999

Numéro de sécurité sociale américain.

(999) 999-9999

Numéro de téléphone américain.

900 kg

Poids en kilogrammes, entre 0 et 999.

99999

Code postal américain à 5 chiffres.

AAA

Code d’aéroport IATA.

Webhooks

Les webhooks sont une méthode largement utilisée pour permettre à plusieurs applications d’interagir les unes avec les autres, en utilisant des requêtes HTTP POST pour se transmettre des rappels. Pour plus d’informations, consultez la page de Wikipedia sur les webhooks. Les webhooks sont couramment utilisés pour envoyer des notifications par e-mail ou par SMS, publier des messages sur les réseaux sociaux, écrire automatiquement du contenu dans une feuille de calcul et mettre à jour les bases de données d’entreprise.

Dans QuickCapture, des webhooks peuvent être configurés et activés lorsqu’un enregistrement est envoyé. Par exemple, après avoir envoyé des informations à la couche d’entités, le webhook peut être appelé et déclencher une autre action, telle que l’envoi d’un e-mail de notification, l’ajout de l’enregistrement à une feuille de calcul, ou encore l’envoi d’une alerte.

Votre lieu de travail doit avoir son propre fournisseur de webhook, mais une grande variété de services de processus tiers sont disponibles (par exemple, Integromat, Microsoft Power Automate, Zapier et tray.io). Vous pouvez utiliser tous ces services pour incorporer QuickCapture en tant que déclencheur d’un processus automatisé plus grand. En particulier, Integromat comporte un module QuickCapture, ce qui vous permet d’intégrer QuickCapture à votre processus de webhook avec une difficulté minimale et sans devoir configurer le webhook dans le concepteur QuickCapture ou entrer une URL de charge utile.

Il existe de nombreuses manières d’utiliser QuickCapture en tant que déclencheur dans vos processus. Pour commencer, Integromat possède des modèles que vous pouvez utiliser pour inclure des pièces jointes dans vos notifications par e-mail, ajouter des enregistrements à des feuilles de calcul et créer des éléments de calendrier. Pour plus d’informations, reportez-vous à la rubrique Automatiser les processus avec Integromat.

Vous pouvez configurer un webhook dans le concepteur QuickCapture en choisissant Webhooks dans la section Settings (Paramètres) du projet. Lors de la création d’un nouveau webhook, indiquez les paramètres suivants :

  • Name (Nom) : nom du webhook (unique dans le projet).
  • Target feature layer (Couche d’entités cible) : sélectionnez une seule couche d’entités. La charge utile est envoyée à l’URL du webhook configuré chaque fois qu’un enregistrement est envoyé à cette couche.
  • Webhook URL (URL de webhook) : emplacement auquel les informations du projet sont envoyées. Cette information doit être fournie par un fournisseur de webhook externe.
  • Event data (Données d’événement) : choisissez quelles informations figurent dans la charge utile, y compris les détails du projet, les informations concernant l’utilisateur, le portail et l’enregistrement envoyé et la réponse du serveur.
  • Status (Statut) : détermine si ce webhook est activé lorsque le projet est enregistré.

Validation du projet

L’analyse effectuée permet de valider les données et de réaliser un diagnostic de la configuration de votre projet lorsque vous l’ouvrez, l’enregistrez ou le partagez. Vous trouverez dans la fenêtre Messages des conseils pour corriger les erreurs ou résoudre les avertissements. Cliquez sur le message d’erreur ou d’avertissement pour localiser le problème.

Vous pouvez enregistrer le projet avec des avertissements. Toutefois, vous ne pouvez pas l’enregistrer tant que toutes les erreurs n’ont pas été corrigées. Les problèmes qui risquent d’entraver l’enregistrement sont notamment les suivants :

  • Sources de données non valides : couches d’entités et carte qui ont été supprimées ou qui ne sont pas partagées.
  • Champs requis vides : pour les champs marqués comme requis, une variable de l’appareil, une entrée utilisateur ou une valeur fixe doit être définie. Lorsque vous attribuez une entrée utilisateur à un champ requis, vérifiez que la variable d’entrée utilisateur est également marquée comme requise.
  • Paramètres de projet non valides : valeurs incompatibles pour la précision horizontale recommandée et obligatoire, paramètres marqués comme obligatoires ayant une entrée non valide, configuration de webhook non valide ou projet sans aucun bouton configuré.

Imagerie orientée (BÊTA)

Vous pouvez configurer QuickCapture pour capturer automatiquement des métadonnées de photo permettant d’utiliser l’imagerie orientée dans ArcGIS. Activer un projetQuickCapture avec l’imagerie orientée permet de mieux gérer et visualiser votre imagerie non oblique. Activer l’imagerie orientée dans un projet n’a pas pour effet de changer l’expérience utilisateur mobile mais apporte aux utilisateurs les fonctionnalités suivantes.

  • Sélectionner un emplacement ou un actif et voir par quelles photos il est couvert.
  • Sélectionner une photo et en afficher l’emprise.
  • Voir une corrélation entre les entités au sol (sur la carte) et les entités d’image.

Pour activer l’imagerie orientée dans le concepteur, il vous faut un projet QuickCapture configuré pour prendre des photos. Pour activer l’imagerie orientée, procédez comme suit.

  1. Accédez à Settings (Paramètres) > Layers (Couches).
  2. Sélectionnez le menu de la couche d’entités ponctuelles à laquelle les photos seront envoyées, puis cliquez sur Enable oriented imagery (Activer l’imagerie orientée).

    QuickCapture ajoute les champs à la couche d’entités sélectionnée et associe automatiquement les variables d’appareil à ces champs dans votre projet. Ces champs stockent des métadonnées telles que le champ de vue horizontal et vertical, la direction de la caméra, le tangage et le roulis.

    Activer l’imagerie orientée a également pour effet de créer un élément de catalogue d’imagerie orientée (OIC) qui contient des informations incluant une référence à la couche d’entités ponctuelles configurée, ainsi qu’une plage de paramètres et de valeurs par défaut. C’est cet élément que les clients tels que les applications Web personnalisées et ArcGIS Pro utilisent pour travailler avec l’imagerie orientée.

  3. Pour chaque bouton de votre projet qui capture une photo, assurez-vous que l’option Use photo location for captured records (Utiliser la localisation des photos pour l’enregistrement capturé) est activée.
  4. Cliquez sur Enregistrer.

Lorsque l’imagerie orientée est activée, l’application mobile calcule la direction de la caméra, le roulis et le tangage lors de la capture de chaque photo

Pour visualiser et exploiter les photos avec l’exemple d’application Imagerie orientée, utilisez l’une ou l’autre des options suivantes dans le concepteur QuickCapture.

  • Cliquez sur View (Afficher) dans la boîte de dialogue de confirmation après avoir activé l’imagerie orientée sur la couche.
  • Accédez à Settings (Paramètres) > Layers (Couches), ouvrez le menu de la couche, puis cliquez sur View oriented imagery (Afficher l’imagerie orientée).

Remarque :
Le concepteur active toujours l’imagerie orientée dans la couche d’entités hébergée source et non dans la vue de la couche d’entités, même s’il s’agit d’une vue utilisée par le projet QuickCapture. Pour partager des photos capturées avec d’autres utilisateurs dans l’application Imagerie hébergée, vous devez partager l’élément OIC et la couche d’entités hébergée source.