Pratiques conseillées pour les éditeurs de couches

Les couches que vous publiez fournissent les blocs de construction qui permettent aux autres utilisateurs et à vous-même de créer des cartes et des applications. Par conséquent, vous devez identifier les données à inclure dans vos couches, les utilisateurs qui doivent accéder aux données que vous publiez et le mode d'utilisation des couches par ces personnes.

Les sections qui suivent expliquent deux principaux types de couches que vous créez à partir d'entités spatiales, la manière dont leur mécanisme de stockage affecte leur mode d'utilisation et la manière de contrôler les personnes autorisées à mettre à jour vos données d’entité.

Comprendre à quel moment les couches d’entités et de tuiles doivent être publiées

Les principaux types de couches utilisées dans les cartes sont les couches de tuiles et les couches d’entités. Chacun de ces types offre des fonctionnalités différentes et possède un objectif distinct.

Les tuiles permettent un affichage rapide de jeux de données volumineux. Si vous devez dessiner un grand nombre d'entités complexes dans une même couche, publiez vos données en tant que couche de tuiles hébergée. Si vous publiez à partir d'une couche d'entités hébergée, votre couche de tuiles (raster) hébergée peut refléter les modifications apportées aux données dans votre couche d’entités. Vous pouvez également activer les fenêtres contextuelles sur les couches de tuiles hébergées pour permettre aux utilisateurs qui affichent votre carte d'interagir avec la couche de tuiles hébergée. Si des fenêtres contextuelles ont été configurées sur la couche d’entités hébergée utilisée pour publier une couche de tuiles hébergée, cette dernière adopte automatiquement la même configuration de fenêtre contextuelle.

Si vos données sont souvent mises à jour et si les entités doivent être modifiées, publiez les données en tant que couche d'entités hébergée. Les entités proposent des informations sur la géométrie, les attributs et les symboles d'entités SIG vectorielles. Elles s'avèrent tout particulièrement utiles pour exposer des données utilisées dans le cadre d'opérations d'affichage, de requête et de mise à jour sur le web. Si vos données sont publiées en tant que couche d'entités hébergée, vous pouvez les mettre à jour et les modifier autant de fois que nécessaire. La gestion des urgences est un exemple classique de situation dans laquelle les données changent fréquemment. Lorsqu'un événement se produit, les secours peuvent mettre à jour les limites de la catastrophe et ajouter de nouveaux emplacements pour les abris afin de tenir le public informé. Lorsque ces données sont présentées sous forme de couche d'entités hébergée, les secours et les citoyens peuvent consulter rapidement les toutes dernières informations concernant le cas d'urgence.

Mode de stockage de vos entités

Si vos données sont peu nombreuses et que vous êtes seul à les modifier, vous pouvez les ajouter directement à la carte en tant que collection d’entités. Vous pouvez ajouter à une carte des fichiers de formats courants (CSV, GPX ou fichiers de formes, notamment) en tant que collections d'entités. Cela vous permet de les stocker et de les gérer rapidement, à moindre coût. Si, par exemple, vous disposez d'une feuille de calcul répertoriant des bureaux régionaux, il suffit de la faire glisser sur la carte. Si les données ne sont pas stockées dans un fichier, vous pouvez créer vos propres données dans Map Viewer en ajoutant une couche d'annotations de carte. Il est recommandé d'utiliser des annotations de carte lorsque vous ajoutez un petit nombre d'entités. Les collections d'entités sont enregistrées dans la carte. Si vous les modifiez, les changements seront pris en compte dans la carte à l'ouverture suivante.

Si vous décidez d’utiliser des shapefiles dans Map Viewer, gardez à l’esprit que le shapefile doit être d’une taille inférieure à 10 Mo et comporter moins de 4 000 entités ponctuelles ou de 2 000 entités linéaires ou surfaciques pour pouvoir être ajouté à Map Viewer. Si le fichier est trop volumineux, vous pouvez généraliser des entités pour réduire la taille du shapefile et, par conséquent, améliorer l’affichage web. Vous pouvez généraliser les entités utilisant une application de bureau comme ArcGIS Pro ou utiliser Map Viewer pour effectuer la généralisation quand vous ajoutez le fichier à votre carte. La généralisation réduit la précision de la couche de shapefile d’environ 1 mètre dans Web Mercator et supprime les sommets dans les 10 mètres dans Web Mercator. Cela devrait maintenir un affichage informatif et précis de vos entités, tout en réduisant la taille globale des données et en permettant l'affichage rapide de votre couche sur la carte.

Remarque :

La généralisation ne fonctionne pas bien sur les entités polygonales coïncidente destinées à un affichage à grande échelle, parce que cela crée des fragments dans les polygones. Pour ces couches, publiez une couche d’entités hébergée à partir du shapefile et utilisez cette couche dans Map Viewer à la place.

Si vos données doivent être modifiées par plusieurs personnes, publiez-les en tant que couche d'entités hébergée. L'avantage que présente l'utilisation d'ArcGIS Online est que vous n'avez aucun logiciel de serveur à installer ni aucune ressource supplémentaire à gérer. Les couches (publiées en tant que services) fonctionnent dans un environnement de cloud, géré par Esri, dans lequel le serveur satisfait automatiquement la demande. Vous pouvez publier les entités à l’aide du site web, de ArcMap ou de ArcGIS Pro. Vous pouvez également mettre à jour et republier vos données depuis ArcMap et ArcGIS Pro. Sur le site web, si vous avez publié votre couche d'entités hébergée à partir d'un fichier de formes ou d'une géodatabase fichier (et que la synchronisation n’est pas activée), vous pouvez écraser les données existantes de la couche et gérer l'URL et les propriétés de la couche. Si ces opérations doivent être exécutées fréquemment, vous pouvez automatiser le processus en créant des scripts. Vous pouvez également créer plusieurs vues de vos couches d'entités hébergées. Les vues de couches d’entités hébergées permettent de contrôler quels champs et fonctionnalités sont disponibles pour des publics spécifiques sans avoir à dupliquer vos données.

Contrôler les personnes qui peuvent mettre à jour vos entités

Pour que toutes les personnes ayant accès à la couche d'entités hébergée puissent mettre les données à jour, activez la mise à jour et choisissez le type de mises à jour que les autres utilisateurs sont autorisés à effectuer. Par exemple, vous pouvez limiter la mise à jour à l'ajout d'entités ou à la mise à jour de celles qui existent déjà. Vous pouvez également autoriser quiconque à ajouter, mettre à jour et supprimer des entités. N'oubliez pas que si votre couche d'entités hébergée est partagée publiquement lorsque la mise à jour est activée, tout le monde peut modifier les données. Si vos besoins de mise à jour sont plus complexes, vous pouvez tirer parti des vues de couches d'entités hébergées pour appliquer des droits de mise à jour spécifiques à chaque public. Les vues de couches d'entités hébergées sont utiles si, par exemple, vous souhaitez que les équipes de terrain aient un accès en mise à jour à une couche et qu'elles puissent partager la couche publiquement afin que les utilisateurs la consultent ou y ajoutent des observations. Vous pouvez avoir plusieurs vues dans vos données, chacune dotée de ses propres fonctionnalités de mise à jour, sa propre symbologie et son propre filtrage. Cela vous permet d'adapter chaque vue de couche d'entités hébergée à vos besoins.

En tant que propriétaire des entités stockées sur la carte, vous pouvez effectuer les mises à jour dans Map Viewer à l’aide de ses outils de mise à jour inclus. Lorsqu’ils utilisent une couche d’entités hébergée, le propriétaire des entités, les administrateurs de l’organisation et les membres d’un groupe de mise à jour partagée avec lequel la couche a été partagée peuvent également choisir d’ouvrir la couche en mode de mise à jour complet, même si la mise à jour est désactivée. Pour ouvrir la couche en mode de mise à jour complet, même si la mise à jour est désactivée, ouvrez la page de l'élément, cliquez sur Ouvrir dans la visionneuse de carte et sélectionnez Ajouter la couche à la nouvelle carte en mode de mise à jour complet dans le menu déroulant. Vous pouvez également choisir cette option dans le menu de liste déroulante de l'élément dans l’onglet My Content (Mon contenu) de la page de contenu. Ainsi, seuls les membres de l'organisation autorisés ou approuvés, comme le propriétaire de la carte et les administrateurs, peuvent mettre vos données à jour.